Trio pour piano, violon et violoncelle n°7

Op.97. Tonalité : sib majeur. Période d'élaboration : mars 1811. Publication : Steiner, décembre 1816, Vienne. Dédicataire(s) : Archiduc Rodolphe d'Autriche. Partition : imslp

C'est le plus important et le plus célèbre des trios pour piano de Beethoven. Dédiée à l'archiduc Rodolphe, d'où son surnom trio "archiduc", il est écrit entre le 3 et le 26 mars 1811. La première de ce trio très inspiré à lieu lors d'une soirée de musique de chambre organisé par Schuppanzigh en avril 1814 à Vienne avec le compositeur au piano, Schuppanzigh au violon et Linke au violoncelle. La première public à lieu au Prater en mai de la même année. C'est la dernière apparition publique du compositeur. L'œuvre paraît chez Steiner à Vienne en décembre 1816. Schindler aurait rapporté à propos des différents mouvements : " Le premier morceau ne rêve que de bonheur, de contentement...le second danse...Dans le troisième mouvement, le bonheur se métamorphose en émotions, souffrance, prière. L'andante je le considère comme l'idéal le plus élevé de la sainteté et de la divinité. Ici les mots ne signifient plus rien. Ceux sont des mauvais serviteurs de la parole divine, la musique l'exprime."Il se peut que ce soit les propres propos de Schindler et non de l'auteur du trio.