Sonate pour violon et piano n°9

Op.47. Tonalité : la majeur. Période d'élaboration : 1802 - 1803. Publication : Simrock, 1805, Bonn. Dédicataire(s) : Rodolphe Kreutzer. Partition : imslp

C'est la plus célèbre des sonates pour violon de Beethoven. Contrairement à ce qui est dit, l'œuvre n'a pas été écrite d'un seul jet. Elle fut écrite à l'intention du violoniste mulâtre d'origine anglo-polonaise George Polgreem Bridgtower en vue d'un concert à Vienne fixé en mai 1803. Elle paraît à Bonn en 1805 chez Simrock. La sonate aurait été finit très peu avant le concert et Bridgtower l'aurait joué à première vu avec la partition original. Beethoven se brouilla un peu plus tard ( pour une histoire de femme ) avec le violoniste, et la dédicace alla finalement à Rodolphe Kreutzer, violoniste virtuose français que Beethoven rencontra à Vienne en 1798. Kreutzer aurait trouver cette sonate "inintelligible", tout comme la presse viennoise qui parle de "terrorisme musicale". Le premier mouvement ainsi que le troisième  ( écrit d'abord pour le final de l'Opus 30 n°1) est une véritable lutte entre les deux instruments qui s'arrache le thème.