Sonate pour piano n°14

Op.27. Tonalité : ut dièse mineur. Période d'élaboration : 1801 - 1802. Publication : Cappi, 1802, Vienne. Dédicataire(s) : Comtesse Giulietta Guicciardi. Partition : imslp

Publiée dans les même circonstances que l'Opus 27 n°1, sa dénomination "Quasi una fantasia" est authentique. Elle est dédiée à Giulietta Guicciardi, son élève, que Beethoven aima avec passion. Le titre "clair de lune" n'est pas de Beethoven mais du poète Ludwig Raalstab qui connaissait le compositeur. Les contemporains de Beethoven l'appelait eux "la tonnelle" en prétendant que le musicien l'avait composé sous une tonnelle. Holz lui aurait reçu les confidences de Beethoven qui aura improviser le premier mouvement près du cadavre d'une ami ( lequel ?). Liszt surnommera plus tard le deuxième mouvement ( Allegretto ) "une fleur entre deux abîmes". Cette sonate est déjà très populaire à l'époque. Citons l' "Allgemeine Musikalische Zeitung " en juin 1802 : " L'Opus 27 n°2 ne laisse absolument rien à reprendre, cette fantaisie d'une unité parfaite est sorti d'un seul coup, inspirée par un sentiment nu, profond et intime, et pour ainsi dire taillée d'un seul bloc de marbre". Mais Beethoven rapporte plus tard à son élève Czerny : " On parle toujours de le sonate en ut dièse mineur; j'en ai écris moi même des meilleures, ainsi la sonate en fa dièse ( n°24 ) est bien autre chose".