La famille Beethoven

Les premières années de Beethoven restent une période encore peu connue des biographes. Les récits dont nous disposons se fondent sur quelques rares témoignages malheureusement bien postérieurs à la mort du compositeur. Parmi eux, ceux de Gottfried et Cäcilie Fischer, enfants du propriétaire 1 de la maison où habitait la famille Beethoven. Ayant connu le jeune garçon, ils ont décidé de rassembler ensemble leurs souvenirs à partir de 1837. Le manuscrit Fischer alimente depuis des rayons de littérature Beethovenienne et semble avoir figé l'image d'un enfant battu, solitaire, trouvant refuge dans de longues improvisations musicales. Comme le souligne à juste titre Elisabeth Brisson dans sa biographie du compositeur, "son enfance, trop peu documentée, a été mythifiée" 2.

Ludwig naît à Bonn en décembre 1770. Son acte de baptême daté du 17 décembre en l'église de Saint Rémi reste le seul document qui nous aiguille sur le jour probable de sa naissance. A cette époque, la mortalité infantile est élevée. On se hâte donc de faire baptiser les nourrissons le jour même de leur naissance, voire le lendemain. Ludwig peut avoir vu le jour le 17 décembre, peut-être même la veille.

Anno millesimo septingentesimo septuagesimo die decima septima decembris baptizalus est LUDOVICUS, Domini JOHANNIS VAN BEETHOVEN et HELEN KEVERICHS, conjugum, filius legitimus ; Patrini : Dominus LUDOVICUS VAN BEETHOVEN, et GERTRUDIS MÜLLERS, dicta BAUMS. 3

Bonn au XIXe en 1840Bonn est une ville portuaire active traversée par le Rhin et compte environ dix-mille habitants. Les Princes-Évêques Électeurs de Cologne y ont établi leur résidence depuis 1597. Leur vaste palais contribue au dynamisme de la cité devenue progressivement un axe majeur du commerce européen. Grâce à son orchestre, sa chapelle, son théâtre et ses salles de concerts, l'activité musicale est intense. C'est dans cette ville que Johann Beethoven et Maria Magdalena Leym se marient le 12 novembre 1767, malgré la vive opposition de leurs parents. Cet obstacle affecte probablement le jeune couple qui rencontre par la suite des difficultés à former un ménage heureux. Peu après leurs noces, ils emménagent au 515 Bonngasse dans une maison comprenant deux pièces de plain-pied, une grande pièce à l'étage, ainsi qu'un grenier servant de chambre à coucher. Ils ont un premier fils nommé Maria Ludwig, baptisé le 2 avril 1769. Le nouveau-né décède malheureusement six jours plus tard.

Louis van Beethoven, grand-père du compositeurLudwig est leur second enfant. Il tient son prénom de son grand-père Louis van Beethoven, flamand de naissance et également son parrain (sa marraine, Gertrudis Baum, est une voisine). Musicien doué et homme respecté, Louis est installé à Bonn depuis 1732 en tant que maître de chapelle du Prince-Électeur de Cologne. Reconnu pour son talent, il est élevé au rang de Kapellmeister en 1761. Père autoritaire, il représente un poids pour les parents de Beethoven. Toutefois, c’est un modèle de réussite artistique pour le jeune Ludwig qui s'en souviendra avec fierté et grande affection bien qu'il soit mort trois ans après sa naissance.

Le petit Louis s'attacha avec la plus vive tendresse à cet aïeul qui, comme on l'a dit, était en même temps son parrain, et, bien qu'il l'ait perdu de bonne heure, l'impression précoce qu'il en avait perçue fut toujours vivante en lui. Il parlait volontiers à ses amis d'enfance de son grand-père, et sa pieuse et douce mère qu'il aimait beaucoup mieux que son père, lequel n'était que sévère, avait dû lui parler beaucoup de son aïeul. 4

Maison natale de BeethovenJohann van Beethoven est ténor à la Cour de l'Électeur. Depuis ses 16 ans, il est inscrit sur le registre des employés. C'est un musicien médiocre et instable, mais quelques témoignages assurent qu’il fut à ses débuts un professeur apprécié de ses élèves. Alors qu'il participe activement à la vie musicale de Bonn, sa personnalité complexée l'amène à se réfugier progressivement dans l'alcool 5. Son épouse, Maria Magdalena Leym, est une jeune veuve, fille d'une femme de chambre employée au palais d'Ehrenbreitstein et du chef cuisinier de l’Archevêque-Électeur de Trèves. Douce et pleine de patience, elle est pour le jeune Ludwig, malgré son retrait et son tempérament dépressif, un soutien appréciable, "ma meilleure amie 6" disait Ludwig.

Beethoven se rappelait avec beaucoup de plaisir ses jeunes années et ses amis de Bonn, bien qu'au fond, cela avait été pour lui une époque pénible. Il parlait surtout de sa mère avec tendresse et émotion ; il l'appelait souvent une digne, une excellente femme. De son père, la principal cause de ses malheurs domestiques, il parlait peu et à contrecoeur, mais un mot dur, qu'un tiers laissait tomber à ce sujet, le mettait hors de lui. C'était en général un excellent homme, à qui seulement ses caprices et sa vivacité envers les autres jouaient souvent de mauvais tours. Quelques offences ou quelques torts qu'il eût éprouvés de la part d'un homme, il les aurait sur-le-champ pardonnés s'il avait vu cet homme dans le malheur. 7

En 1774, Maria Magdalena donne naissance à Kaspar Karl, baptisé le 8 avril puis deux ans plus tard, Nikolaus Johann, voit le jour en octobre 1776. Seuls les trois aînés atteindront l'âge adulte puisque Anna Maria Francisca (23 février 1779 - 27 février 1779), Franz Georg (17 janvier 1781 - 16 août 1783) et Maria Margarita Josepha (5 mai 1786 - 26 novembre 1787) sont tous mort en bas âge.

  • 1. Le propriétaire est le boulanger Fischer qui hébergeait également Johann et son père. C’est leur fils Gottfried qui livrera des témoignages tardifs sur l’enfance de Beethoven.
  • 2. BRISSON, Elisabeth, Beethoven, Ellipses, 2016, p. 312.
  • 3. Extrait de l'acte de baptême de Beethoven, mentionné dans le registre paroissial d'Ehrenbreitsten. La mère a été inscrite par erreur sous le nom d'Helen au lieu de Madgelena.
  • 4. WEGELER, Franz, Notice biographique sur L. van beethoven, traduit par A.-F. Legentil, Ed. E. Dentu, 1862, p.20.
  • 5. Sa mère semble avoir connu également des problèmes liés à l'alcool et finit ses jours dans un hospice.
  • 6. Lettre de Beethoven au docteur Schade, à Augsbourg, 15 septembre 1787.
  • 7. RIES Ferdinand, Notice biographique sur L. van beethoven, traduit par A.-F. Legentil, Ed. E. Dentu, 1862, p. 159.